Pour cette 60ème édition, le Salon de Montrouge, manifestation emblématique en Europe, véritable tremplin pour la jeune création, se déroule du 5 mai au 3 juin 2015, dans un vaste espace de près 1500m2, au coeur du Beffroi. Comptabilisant à chaque édition plus de 14 000 visiteurs, le Salon de Montrouge est devenu un événement incontournable dans le paysage de l’art contemporain. Cette année, parmi les 3000 candidatures reçues, 60 artistes issus de 14 pays internationaux ont été sélectionnés par un jury d’exception, composé de personnalités de l’art contemporain. Le parcours proposé, riche et pluridisciplinaire, valorise des artistes aux profils atypiques. Le Salon de Montrouge, c’est aussi des performances, des soirées, un parcours hors-les-murs inédit, avec notamment la possibilité de découvrir des oeuvres de Jean-Michel Alberola, invité d’honneur du Salon, et l’exposition de la lauréate du Grand Prix du Salon 2014, Tatiana Wolska, au Palais de Tokyo. Le Salon se prolongera à l’automne avec une présentation des lauréats au Palais de Tokyo puis par une vente aux enchères organisé par Pierre Cornette de Saint Cyr, dont la totalité des recettes reviendra aux artistes.

Avec les interviews de :
Olivier Assayas, président du Jury du 60ème Salon de Montrouge
Stéphane Corréard, membre du jury et directeur artistique du Salon de Montrouge
– Pierre Cornette de Saint Cyr, commissaire priseur
Christian Berst, membre du Collège critique et directeur de la Galerie Christian Berst
Julie Luzoir, artiste
Laura Sellies, artiste
Mathieu Roquigny, artiste et lauréat du Prix Kristal 60ème édition du Salon de Montrouge
Marion Bataillard, artiste et lauréat du Grand Prix 60ème édition du Salon de Montrouge
François Malingrëy, artiste et lauréat du Prix du Conseil départemental des Hauts-de-Seine

Et pour sa chronique, Solenne a choisi de prendre le contre-pied des candidatures individuelles, en présentant un projet collectif, présenté au coeur du Beffroi, intitulé Aftermath, réunissant les artistes lauréats de la Bourse Ekimetrics. Avec l’interview de Emilie Bouzige, commissaire d’exposition.

 

Laisser un commentaire